Pensées et ajouts

aPensée :

_Ma vie est un « Long dimanche de fiançailles« . Tout nimbé de jaune et d’espoir malgré les chaussettes et les gants troués.

Lire la suite


Fratricide premier

Un hiver froid dans un quartier tranquille. L’enfance se vit à l’extérieur, dans la nature légère, juste derrière la rue. Quelques kilomètres de boisé, une route pavée, mais fermée à la circulation qui se perd jusqu’à la vieille maison bleue. Des égouts à ciel ouvert. Tout le long de la route, une pente courte et abrupte qui descend à la rivière sinueuse. Notre meilleur terrain de jeu, de -20 à 35 degrés. Des jours entiers de glissade riante à terminer notre course sur la rivière gelée. Descentes fébriles, rapides, casse-cou, coursées.

Lire la suite


Portrait (de famille)

Les héros sont le fruit de l’alliance entre une déité et un(e) mortel(le).

Avril 1972, l’impératrice tombe trois fois. En s’essuyant le visage, une première impression, mystérieuse et indélébile, se grave sur son mouchoir de dentelle frêle. Octobre 1974, un fragment de verre se détache d’une cathédrale byzantine et ses reflets triangulaires s’inscrivent dans le coeur d’un nouveau-né.

Lire la suite


Intro Veinarde

L’ubiquiste ne change pas de peau, il en emprunte une nouvelle. Le héros ne cherche pas sa route, il y va. Les jeux, les joutes ou les échanges ne font de sens que dans l’incarnation totale. Pour le moment, de vagues souvenirs d’un monde parallèle s’inventent à mesure que l’ellipse se referme. Il n’y a pas de lézard sous les tropiques. Pas de mort dans la tequila BangBang. Pas de sang versé dans l’ignorance. Qu’un zeste rafraîchissant, comme le bois de rose dans un thé noir.

Et puis, comme les rubriques s’annoncent chaotiques, cramponnez-vous… Pariez sur les chevaux les aux nombres pairs et accepter l’hermétisme; j’attrape la gangrène neuronale comme d’autre la rage des poules ou de dents. Bon courage.