Dessiner des mots au dos d’une petite cuillère
Ceux que l’on ne pourrait digérer
Ceux que l’on n’oserait mâcher
Ceux, qui chauffés, l’on s’injecte jusqu’à l’overdose

Dessiner des mots morts aux dos courbés
Mille reflets du soi que l’on déforme
Parce qu’il faut bien, tout de même, régurgiter
En catimini… comme un oiseau blessé

Dessiner des mots sortilèges
Où puiser un dernier espoir
Où contraindre la réalité
Pour changer la course du monde

Dessiner des cuillères polies
Pour y tracer les mots
Sus pen dus

Dans l’ombre d’un coeur vacillant

-/