Un week-end d’amoureux, amoureux avec moi. Un amour qui s’expand dans l’univers et qui caresse des brises marines. Un sentiment fort qui s’enracine comme les pousses au printemps. Détachement, dépoussièrement, ensoleillement. Samedi Mo » m’englobe et se présente dans la méditation chez Micheline. Est-ce parce que je porte son chandail de laine et son écharpe? Sûrement pas… Elle me suis aussi chez SEVA et chez Atma yoga pour chanter. Un exercice respiratoire me montre divisé. Le côté gauche bleu froid et le droit en lave. Dans la respiration, ils s’unissent et je me sens revivre. Je visite une incarnation passée dans laquelle je suis geôlier. Je crois que Mo » est le prisonnier que je garde.

Dans les méditations, les images fusent et les impressions sont difficiles à clarifier. Pourtant, en chantant Alléluia avec Karen et les trente autres cœurs, je ne suis qu’un fuseau blanc qui partage sa voix. Mon identité envolée au profit d’une réunion avec mon centre et l’amour. Encore, Mo’ s’invite et nous voyageons dans différents pays simplement et avec joie. Au retour, le sentiment se dissipe laissant place au néant et à l’insécurité. Je vis l’inquiétude de la trahison physique; un autre point à regarder de près chez moi…

Et les rêves de me nourrir également. De partager des images  synthèses d’une vie en ré apprivoisement. De me clouer au lit de longues heures et d’aider à la remise à neuf. Cela englue quelque peu le travail qu’il me faut accomplir aujourd’hui. Qu’importe, je suis détaché, vivant et paisible.

Namasté.