Par la force de notre volonté, nous réorganisons la matière. En l’acceptant comme réalité tangible, nous renforçons l’illusion. Chaque esprit qui y croit densifie et cimente le mirage. Nous entretenons la conception du monde en y donnant foi. S’y soustraire, même partiellement, amène des conséquences fortes et dangereuses tandis que vaincre la peur de se reformer complètement apporterait conscience et, évidemment, actions conséquentes.

Je suis donc le seul responsable de ma réalité tangible et invisible. Dois-je seulement choisir le point d’ancrage du monde pour pouvoir m’échapper à ses contraintes ?