L’horizon s’est évaporé, le ciel lui est tombé sur la tête. Je regrette de n’avoir pu éclairer plus d’une fois son univers unique. Sans horizon à contempler au loin, que reste-t-il donc qui vale la peine sur dans ce monde froid ? Je ne souhaite qu’une chose; que de ses cendres renaissent une créature vivante, même verticale.